Tacita, la déesse grecque du silence – Anaëlle Reiser

Tacita, la déesse grecque du silence – Anaëlle Reiser

1800 1198 Boris

Anaëlle Reiser est passionnée de photographie depuis toute petite grâce à son papa. Sa vocation et son envie de faire de la photographie grouillent en elle depuis qu’elle est haute comme trois pommes. 

D’abords des cours d’audiovisuel en secondaire. Puis trois années d’études supérieure à l’école des Arts de Saint-Luc, à Liège. A ce moment, Anaëlle Reiser a la chance de rencontrer et travailler avec le photojournaliste Frédéric Pauwels, lors d’un stage. 

« Mon travail se base sur une certaine tristesse, un certain mal être face à ce monde. »

Angeronia

Dans son travail de fin d’étude, « Angeronia », Anaëlle Reiser exprimait déjà une certaine mélancolie, une solitude…

Tacita, la déesse grecque du silence

Sa nouvelle série s’appelle « Tacita » comme la déesse grecque du silence. Anaëlle décide d’exprimer son silence à travers ses photographies. Ses images parlent pour elle, crient pour elle, de ce qu’elle garde au fond d’elle en secret. Donnez un nom de déesses grecques à ses travaux n’est pas un hasard. « Ce sont des personnages mythologiques, tout comme mes photos montrent un personnage, une mise en scène. » 

Tacita, une série portée uniquement sur des autoportraits. Bercée par une douce mélancolie. Ici, Anaëlle ne désire aucun contact direct avec le personnage mis en scène, à savoir elle. Elle se cache sous une couche protectrice de peinture sur son visage et son corps, parfois un voile dans la composition.

« Protégée sous mon masque, j’ose me dévoiler sur mes photos comme pour faire sortir la tristesse que je garde en moi le reste du temps. C’est aussi une ode à la féminité, les photos se veulent sensuelles, douces, mais pourtant tristes. »

Si ce portfolio a éveillé en vous une certaine curiosité, Suivez Anaëlle sur son compte Instagram.


Sachez qu’Anaëlle Reiser expose sa série Tacita à la galerie Luxart à Arlon, avec les photographes  Boris Wilensk et Monch (en Off des Rencontres photographiques d’Arlon). 

L’exposition est ouverte à tous les samedis et dimanches de 10h30 à 12h30 et de 15h00 à 19h00 du 28 Avril au 27 mai inclus.
Vernissage le samedi 28 avril à partir de 17h30.

Suivez-nous :