Petite visite chez Contretype

Petite visite chez Contretype

1234 1234 Margot

Jusqu’au dimanche 18 mars, Contretype accueille le travail de deux photographes aux univers… bien différents !

En poussant la porte d’entrée, nous voilà instantanément plongés dans une atmosphère plutôt lunaire, celle de Michel Mazzoni.

© Michel Mazzoni - Amorces

De son dernier ouvrage « Amorces », publié aux éditions Énigmatiques Paris & Alt éditions Bruxelles, est née cette série d’images sur laquelle il a travaillé pendant plusieurs années, par étapes successives.

Le photographe considère l’image en tant que motif et cherche à produire des « objets » venant brouiller notre vison établi. La confrontation, le rapprochement, l’échelle, l’espacement, la technique de tirage et le mode de présentation font, à ses yeux, partie intégrante de la perception globale de l’œuvre.

Chez Contretype, son exposition est séparée en deux parties. L’accrochage des deux premières pièces se fait très simplement, avec des collages à même le mur. Le contraste est grand avec la troisième pièce consacrée à l’artiste, dans laquelle on oublie le noir et blanc avec des images plus « pop », couleur orangée, dans des boîtiers en plexiglas.

En descendant les escaliers, nous voilà tout de suite de retour à la réalité. La classe A008, d’Isabelle Detournay est une série de photographies sur laquelle elle travaille depuis 2013.

© Isabelle Detournay - La classe A008

Ce fut comme une évidence pour Isabelle qui passait régulièrement devant le bâtiment de l’école des Arts et Métiers de Bruxelles. L’institution n’a pas ouvert ses portes facilement, mais comme elle le dit si bien « l’audace des timides permet parfois de soulever des montagnes. » Il avait quelque chose à faire ici, elle en était persuadée. Au rez-de-chaussée, la classe A008, une classe de mécanique essentiellement composée de garçons. Le sujet est là : montrer les ados des quartiers populaires du versant ouest de Bruxelles.

Une série d’instantanés argentiques en 6×6 d’ados en pleine concentration, ou lors d’un moment d’ennui qui se transforme parfois en tranches de rire. Et s’il y a bien un élément qui revient tout au long de cette série, c’est ce bleu de travail présent sur presque toutes les images. C’est ce bleu de travail qui mène la danse et qui nous fait voguer d’une photo à l’autre tout en ayant l’impression d’y être, avec ces jeunes apprentis.

Margot



Entrée libre. 

L’exposition est accessible jusqu’au dimanche 18 mars.

Du mercredi au vendredi de 12 à 18h. Samedi et dimanche de 13 à 18h, sauf jours fériés.

Espace photographique Contretype (Cité Fontainas, 4A – 1060 Bruxelles).

Suivez-nous :