Matthieu Marre

Vibrer !

Matthieu Marre

1648 1080 BrowniE

Matthieu Marre

Qu’est-ce qui, en photographie, vous fait vibrer ?

“Je vibre lorsque se déclenche une sorte d’osmose méditative avec ce qui m’entoure. J’ai alors l’impression de mieux voir, comme si dans ces moments-là j’allais pouvoir effleurer l’essentiel.”

Quel son vous fait vibrer ?

Une voix aimée au téléphone.

Matthieu Marre est un photographe bientôt quadragénaire, tenace et discret, d’origine française, installé à Bruxelles. Après des études d’anthropologie (Master), il réalise un travail sur les soins palliatifs, et par la suite un documentaire sur la marginalité dans le système hospitalier. Depuis 2001, Matthieu Marre photographie constamment : il s’intéresse à l’intime et « espère y déceler une sincérité des choses ». Il fait de la photographie un regard décalé sur les évidences qui nous sont données, un regard amoureux empreint d’une forme de distance et de mélancolie. Ses photographies n’ont « pas de destination précise » : une même photo contient en elle plusieurs discours, elle « dépend d’un ensemble de perceptions et de sentiments dont on est pétri à la prise de vue ». Ces images appartiennent en ce sens à un ensemble de fictions, d’orientation autobiographique, décomposées par la suite en séries. Les sens – outre le vue, l’odorat et le toucher, surtout – y tiennent une place prépondérante.

En 2015 il a publie L’oublié aux éditions Yellow Now (Liège). En 2016, il intégrait le studio Hans Lucas. Après une première participation lors de l’édition 2015, il retrouve la Biennale de photographie en Condroz à l’occasion d’une mission d’un an, qui lui a été confiée pour traduire son sentiment de la région, de la vie que l’on y vit, des questions que l’on s’y pose, des réponses que l’on y trouve – ou pas.

www.matthieumarre.com

Re-liser l’article de BrowniE sur sa série Paul the French.


Les photographies sont à voir à l’ancien moulin de M. et Mme Verlaine : Ossogne, 27 – 5370 Havelange.

Matthieu Marre
Suivez-nous :