Les gens dans l’album

Les gens dans l’album

1187 875 Boris

Les gens dans l’album

Travailler au sein de la collection d’un musée de la photographie, c’est évidemment côtoyer les images des grands (et moins grands) noms de l’histoire de la photographie mais c’est également se plonger quotidiennement dans la vie des autres. La photographie vernaculaire constitue une partie importante de la collection du musée et personnellement, c’est celle qui m’anime et m’émeut le plus. Lorsque nous ouvrons les boîtes remplies de photographies issues d’une autre époque, que nous faisons défiler une à une ces images dans nos mains, il est plaisant de s’arrêter sur chacune d’elles. Observer ces photographies tantôt drôles, tantôt touchantes mais également saisissantes par leur spontanéité et leur liberté.

Lorsqu’il s’agit d’une chronique familiale, il est tellement agréable de se plonger dans l’intimité, dans le quotidien de ces personnes dont nous ne connaissons au mieux qu’un prénom voire un nom. Être invité, indirectement, à partager avec eux les petits et les grands moments de leur vie, leurs moments de bonheur et quelques fois, ceux de tristesse. On devine leur histoire, on tente d’identifier les liens familiaux qui les unissent et puis on laisse ces images venir titiller notre imaginaire dans lequel on leur réinvente une nouvelle vie. On accompagne parfois, en images, au fil des âges et des pages, des personnes depuis leur plus tendre enfance jusqu’aux dernières photographies, celles dans lesquelles on sent qu’il s’agit des derniers moments, des derniers instants.

Mais leur chemin continue grâce aux photographies relatant la vie de leurs enfants et petits-enfants. Ce sont eux parfois, qui viennent frapper à la porte du musée pour nous confier les images de leurs aïeuls. Il est touchant de voir cette confiance que l’on nous accorde en nous proposant ces photographies et ces albums. Ces images d’un temps passé attirent pour la nostalgie qu’elles apportent, celle d’un autre temps. 

Mais notre époque actuelle apportera elle aussi sans doute son brin de nostalgie aux générations futures, nos images prises aujourd’hui, qui nous semblent insignifiantes et sans intérêt, procureront peut-être elles aussi autant de plaisir visuel que celles présentes dans nos armoires, dans les musées ou dans La Vie domestique sur BrowniE. 

Adeline Rossion


Source des photos : sélection de photographies anonymes du XIXe et XXe siècle issues de la collection du Musée de la Photographie à Charleroi. © Coll. Musée de la Photographie à Charleroi.

Historienne de l’art, Adeline Rossion est en charge des collections du Musée de la Photographie depuis mars 2016.

Le site du Musée de la Photographie à Charleroi : museephoto.be


Concours : reportez 2 entrées pour le Musée de la Photographie à Charleroi ! 

Tentez votre chance en répondant correctement à la question* du formulaire ci-dessous.

Trois gagnants seront tirés au sort ce samedi 18 août à midi !

* Si vous avez un doute sur la réponse, un passage sur le site du Musée devrait le dissiper rapidement… 

Ce sont Pierre Briot, Daniel Remi et Mélanie Patris qui ont été tirés au sort et qui remportent chacun deux entrées, valables un an, pour le Musée de la photographie à Charleroi.


BrowniE a 1 an !

Cette semaine de fête continue avec un nouvel article signé par une précieuse invitée : Adeline Rossion, chargée des collections au Musée de la Photographie à Charleroi.

Suivez-nous :