La vie domestique #31 : Les femmes qui lisent sont dangereuses

La vie domestique #31 : Les femmes qui lisent sont dangereuses

876 1156 Justine

Ce savoureux titre est emprunté à un livre signé par Laure Adler et Stefan Bollmann. Il accompagne cet épisode de La Vie domestique, un numéro “Spécial 8 mars”, Journée internationale de défense des droits des femmes.

L’histoire de la lecture féminine se reflète dans la peinture et la photographie. Les artistes de toutes les époques ont représenté des femmes en train de lire. Pourtant, il aura fallu des siècles avant qu’il soit accordé aux femmes de lire à leur guise. Ce qui leur incombait d’abord, c’était de broder, de prier, de s’occuper des enfants et de cuisiner. Dès l’instant où elles envisagent la lecture comme une possibilité de troquer l’étroitesse du monde domestique contre l’espace illimité de la pensée, de l’imagination, mais aussi du savoir, les femmes deviennent dangereuses. En lisant, elles s’approprient des connaissances et des expériences auxquelles la société ne les avait pas prédestinées. C’est ce chapitre captivant de l’histoire de la lecture féminine que Laure Adler et Stefan Bollmann explorent, avec un soin particulier du détail. Le fil de l’analyse conduit du Moyen Âge au temps présent, en s’attachant plus spécialement à certaines oeuvres de Rembrandt, Vermeer, mais aussi Manet, Matisse ou Hopper, jusqu’à la fameuse photographie d’Eve Arnold montrant Marilyn Monroe en train de lire Ulysse de James Joyce. De courts textes de commentaire accompagnent ce choix de peintures, de dessins et de photographies.

Source.

Chaque semaine, retrouvez dans cette rubrique une photo trouvée, prêtée, chinée, retrouvée. Des images d’anonymes ou presque. Des gestes quotidiens qui ne nous ont pas appartenus. Une photographie où l’instant est devenu décisif par les souvenirs qu’il a créés, un jour, pour d’autres, quelque part.

Vous souhaitez proposer une photo pour La vie domestique ?
> Envoyez-la nous par courriel, accompagnée ou non de son histoire.

Suivez-nous :