La Pucelette de Wasmes – Anne-Sophie Costenoble

La Pucelette de Wasmes – Anne-Sophie Costenoble

2835 1890 Justine

Prolongeant la rubrique “Regards” du Vif/L’Express de ce jeudi, nous évoquons “La Pucelette de Wasmes” d’Anne-Sophie Costenoble. Une série encore jamais exposée en Belgique.

Chaque mardi de Pentecôte, d’étranges processions réveillent les rues et les habitants de Wasmes dans le Hainaut.

La première, religieuse, est née au 14e siècle en hommage à Notre Dame, pour la remercier d’avoir protégé la population d’épidémies de peste. Dès 3 heures du matin, les femmes du hameaux entament un parcours de 17 kilomètres en se succédant pour porter une lourde statue de la Sainte (depuis quelques années, des hommes peuvent également les relayer).

Un peu plus tard, ce cortège en rejoint un autre, profane. Depuis 1834, il célèbre la “Pucelette” du village. Tous les ans, le curé de la paroisse désigne comme telle une petite fille de 4 ans, faisant écho à une ancienne légende locale.

Le choix d’une Pucelette est une fierté pour les familles des fillettes. Coiffes avec plumes d’autruche, tenue de satin bleu, vin d’honneur : l’événement est à la hauteur d’un mariage ! Tout au long d’un parcours de 4 kilomètres, les gens jettent des fleurs au passage de la Pucelette. Porteuse d’une aura presque sacrée, il n’est pas rare qu’elle soit invitée à rentrer dans des maisons pour rencontrer des personnes malades ou mourantes…

Jusqu’à 300 personnes se rassemblent autour de ces processions. Toutes les générations sont représentées parmi les participants. On retrouve là des adolescents honorant une promesse faites à un grand-père, ici des anciennes Pucelettes toujours auréolées de ce statut des dizaines d’années après leur désignation. Cette ferveur populaire et religieuse ouvre une parenthèse hors du temps…

Si le sujet relève du “petit folklore”, l’approche d’Anne-Sophie Costenoble est très loin du pittoresque ou du reportage. On retrouve l’écriture photographique qui nous avait tant touchés dans L’heure bleue : des images qui, sans chercher à être belles, subliment ce qu’elles dévoilent. Attirée par ce qui vibre, souvent non loin du merveilleux, elle signe une série immersive et intense, entre chien et loup.

Aimer à loisir

Anne-Sophie Costenoble est actuellement en résidence au Château de Thozée à Mettet, auquel Félicien Rops, qui y a séjourné 20 ans, était très attaché. Cette gentilhommière entourée de nature a vu passer de nombreux artistes, dont Charles Baudelaire. C’est bercée par des textes du poète que la photographe y invite “ses muses” pour les photographier. Des femmes exclusivement. Une recherche et des retrouvailles qui éveillent déjà toute notre curiosité…


Le Vif/L’Express a récemment inauguré “Regards”, une nouvelle rubrique de quatre pages présentant photoreportages et images d’auteur, pour raconter l’actualité et le monde autrement.

BrowniE est heureux d’être associé à la mise à l’honneur de la photographie d’auteur. Le site accueillera des prolongements de ces publications.
Retrouvez l’intégralité du portfolio d’Anne-Sophie Costenoble dans Le Vif/L’Express en librairie dès ce jeudi 27 septembre.
Suivez-nous :