Idrisse Hidara

Vibrer !

Idrisse Hidara

1024 682 Boris

Idrisse Hidara : Vibrer !

Qu’est-ce qui, en photographie, vous fait vibrer ?

Ce qui me fait vibrer en photographie, c’est ce petit moment avant le déclenchement. Ce cours instant ou l’on ressent ce petit quelque chose qui va nous guider vers la composition et la capture du moment.

« Il n’y a rien de pire qu’une image nette d’une idée floue. » Ansel Adams
J’adore cette citation, elle représente d’après moi tout ce que l’on peut attendre d’une photographie.

Quel son vous fait vibrer ?

Il s’agit d’une séquence que j’ai réalisé avec une musique de Olivier Michaël / Witness.

Idrisse Hidara (Belgique, 1986) vit et travaille à Liège ; il a étudié la photographie à l’Ecole supérieure des Arts Saint-Luc.
« Mes images sont des fragments de vie que je capture lors de voyages ou tout simplement dans mon quotidien. Je suis très sensible aux teintes et à la densité de mes images, et fortement attaché à la lumière : c’est ce qui laisse planer une espèce d’intemporalité, marquée d’un mystère ou d’une certaine forme de poésie. J’aime cadrer de manière neutre et prélever l’essence même de ce qui m’a poussé à photographier. Dans le cadre de la Biennale, je présente mon projet Un voyage dans l’ombre. Cette série est née lors de ma première découverte des Etats-Unis. C’est à travers l’ombre et la lumière que j’ai décidé de partager mon voyage. J’avais envie de me détacher du réel afin de créer ma propre histoire. Une vision nourrie par les images photographiques, cinématographiques ou picturales qui hantaient mon esprit. C’est dans ces clairs-obscurs que je me sentais le plus proche de cet univers onirique. Des photographies dans lesquelles plane un certain doute, un certain mystère, qui invite le spectateur à se créer sa propre histoire. » (I.H.)

www.idrissehidara.be


Les photographies sont à voir chez M. et Mme Colson : Rue Grand Marchin, 4570 Marchin. 

© Idrisse Hidara
Suivez-nous :