FOMU – Andrea Stultiens & Ai Weiwei

1200 675 Brownie

Deux nouvelles expositions sont présentées au FOMU :

Andrea Stultiens – Ebifanany

Loin d’uniquement documenter des collections historiques de photographies ougandaises, Ebifanany, sous l’impulsion de Andrea Stultiens, privilégie une approche polyphonique de ce matériel visuel en demandant à des artistes contemporains de l’activer.

Le substantif Ebifananyi est dérivé du verbe Kufanana qui signifie ressembler à. Ebifananyi est le mot luganda qui peut à la fois renvoyer à des dessins, des peintures et des photos.

En 2011, Andrea Stultiens (Pays-Bas) et l’artiste R. Canon Griffin (Ouganda) ont fondé la plateforme History in Progress Uganda. Sous ce nom, ils documentent depuis lors des collections historiques de photographies ougandaises dans leur état actuel.

Le rôle de Andrea Sultiens est passé de celui de documentaliste à celui d’artiste et de curatrice. Elle privilégie une approche polyphonique et demande à des artistes contemporains d’activer le matériel visuel. Convergent ainsi de la documentation personnelle, le travail de photographes ougandais, mais aussi des clichés historiques de colons et missionnaires occidentaux. Elle rassemble les résultats dans huit publications intimes sous le titre d’Ebifananyi et les exhibe dans de nombreuses petites expositions en Ouganda et en Europe du Nord.

La présentation du FOMU regroupe pour la première fois toutes les collections photographiques sur lesquelles se fondent les publications. Elle montre la diversité de possibilités narratives du matériel visuel historique. L’exposition donne en outre une idée des réactions aux collections en Ouganda. Andrea Stultiens met ainsi en lumière l’utilisation de l’image photographique dans ce pays d’Afrique orientale et remet en question l’image stéréotypée de l’Afrique.

Cette exposition a été réalisée en collaboration avec Paradox. Curateurs : Andrea Stultiens, Joachim Naudts (FOMU – Belgique) et Bas Vroege (Paradox – Pays-Bas).

src fotomuseum.be

Ai Weiwei – Mirror

Mirror, dont Ai Weiwei lui-même a été le curateur, est la première exposition photographique consacrée, en Belgique, à l’artiste visuel et activiste politique chinois.

Avec sa critique radicale des violations des droits de l’homme, de l’abus de pouvoir et de la surveillance implacable des autorités chinoises, Ai Weiwei est devenu un des artistes contemporains les plus importants au monde. Bien qu’il soit souvent qualifié de « dissident » chinois, il voit surtout son activisme et sa critique des autorités chinoises comme une défense des droits universels de liberté d’opinion et de liberté d’expression.

L’œuvre d’Ai Weiwei accorde un rôle important à la photographie. De ses premières prises de position politiques (Study of Perspective, 1995-2011) à son flux quotidien de selfies et d’instantanés sur les réseaux sociaux. Sur Twitter et Instagram, il immortalise sa vie sous la surveillance constante des autorités et documente son métier d’artiste, ainsi que les gens qu’il rencontre, mais il affiche également son engagement sur les questions sociales actuelles comme la crise des réfugiés. En tant qu’individu, Ai Weiwei n’a pas peur de s’attaquer à l’autorité, de dénoncer des abus et de mettre à nu des rapports de force déséquilibrés – toujours avec un grand sens de l’ironie et du geste poétique.

À l’aide d’œuvres de périodes différentes, l’exposition au FOMU donne un remarquable aperçu de la critique visuelle actuelle d’Ai Weiwei.

src fotomuseum.be


L’exposition se déroule du vendredi 27 novembre au dimanche 18 février au FOMU (Waalsekaai, 47 – 2000 Anvers).

Vernissage le jeudi 26 octobre à 20h.

Suivez-nous :