Juin 2019

04juin01aoûtAltéritésAntonio Ntonio Jimenez Saiz, Lionel Jusseret, Fanny Le Guellec, Michel Loriaux et Sabine MeierCatégorie:ExpositionRégion:Bruxelles

Dates et horaires

Juin 4 (Mardi) 18 h 00 min - Août 1 (Jeudi) 18 h 00 min

Lieu

Contretype

Cité Fontainas, 4A 1060 Saint-Gilles

Plus

Détails

L’altérité désigne ce qui est autre, ce qui est extérieur à soi. Cette signification globale, qui peut paraître évidente, révèle, si on l’approfondit, toute une série de paramètres, qui démontrent au contraire la complexité de cette notion et évoquent étonnamment la procédure photographique
elle-même.

À commencer par le fait que la conscience que nous avons de l’autre, c’est-à-dire de celui qui n’est
pas nous, renvoie inévitablement à notre propre identité. L’autre nous conduit, en vis-à-vis, à nous interroger sur ce qui nous constitue en propre, dans nos ressemblances et nos différences à lui.
𝘊𝘦𝘵𝘵𝘦 𝘪𝘥𝘦𝘯𝘵𝘪𝘵𝘦́ 𝘯’𝘦𝘴𝘵 𝘱𝘢𝘴 𝘴𝘪𝘮𝘱𝘭𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘶𝘯𝘦 𝘰𝘱𝘱𝘰𝘴𝘪𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘦 𝘯𝘢𝘵𝘶𝘳𝘦, précise Patrick Colin, 𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘴𝘦 𝘧𝘰𝘯𝘥𝘦 𝘴𝘶𝘳 𝘶𝘯𝘦 𝘳𝘦𝘭𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯. 𝘋𝘢𝘯𝘴 𝘤𝘦 𝘮𝘰𝘯𝘥𝘦 𝘢𝘭𝘦𝘯𝘵𝘰𝘶𝘳 𝘦𝘹𝘪𝘴𝘵𝘦 𝘶𝘯 𝘦́𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘪𝘤𝘶𝘭𝘪𝘦𝘳 𝘲𝘶𝘪 𝘱𝘰𝘴𝘦 𝘢𝘶 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘩𝘢𝘶𝘵 𝘱𝘰𝘪𝘯𝘵 𝘭𝘦 𝘱𝘢𝘳𝘢𝘥𝘰𝘹𝘦 𝘥𝘦 𝘭’𝘢𝘶𝘵𝘳𝘦: 𝘪𝘥𝘦𝘯𝘵𝘪𝘲𝘶𝘦 𝘦𝘵 𝘥𝘪𝘧𝘧𝘦́𝘳𝘦𝘯𝘵. 𝘊𝘦𝘵 𝘦́𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘪𝘤𝘶𝘭𝘪𝘦𝘳 𝘤’𝘦𝘴𝘵 𝘭’𝘢𝘶𝘵𝘳𝘦 𝘩𝘶𝘮𝘢𝘪𝘯, 𝘭’𝘢𝘶𝘵𝘳𝘦 𝘲𝘶𝘪 𝘮𝘦 𝘳𝘦𝘴𝘴𝘦𝘮𝘣𝘭𝘦 𝘦𝘵 𝘯’𝘦𝘴𝘵 𝘱𝘢𝘴 𝘮𝘰𝘪, 𝘮𝘰𝘯 𝘢𝘭𝘵𝘦𝘳-𝘦𝘨𝘰. (1)

Il y a là un effet miroir, de l’autre à nous, qui n’est pas sans rapport avec celui produit par la représentation photographique. Reflet du monde, cette image-miroir renvoie dans le même temps
à son auteur et à la singularité irréductible de sa perception.

Par ailleurs, l’appréhension de l’autre -ou des autres-, induit une variété de réponses possibles, oscillant, comme le souligne Angelo Turco (2), entre 𝘩𝘰𝘴𝘱𝘦𝘴 et 𝘩𝘰𝘴𝘵𝘪𝘦𝘴, entre coopération et hostilité, rapprochement et distanciation, acceptation et rejet. La véritable rencontre de l’autre devra dès lors nécessairement passer par un rapprochement, selon le désir ou la volonté de reconnaître les ressemblances prioritairement aux différences.

Or, là encore, cette décision de rapprochement, nous paraît aussi celle dont procède la photographie, en ce qu’elle impose, tant au photographe qu’au spectateur, 𝘥’𝘢𝘭𝘭𝘦𝘳 𝘷𝘰𝘪𝘳, au minimum de 𝘴’𝘢𝘱𝘱𝘳𝘰𝘤𝘩𝘦𝘳, voire 𝘴𝘦 𝘳𝘢𝘱𝘱𝘳𝘰𝘤𝘩𝘦𝘳. Et si nous ne nous formons de l’autre qu’une représentation, une image, souhaitons que celles produites par les différents corpus photographiques réunis dans cette exposition, contribuent à atténuer les frontières entre eux et nous -entre (tous) les autres et nous-, de sorte que dans ses différences physiques, mentales ou culturelles, l’autre nous reste accessible et continue d’exiger que nous nous (re)définissions à son contact.


Du mercredi 05 juin au jeudi 01 août.
Exposition accessible du mercredi au dimanche de 12 à 18h.
Vernissage le mardi 04 juin à partir de 18h.

Suivez-nous :