Arpaïs Du Bois

Arpaïs Du Bois

394 261 Boris

Arpaïs Du Bois : Vibrer !

Pour Arpaïs Du Bois (Belgique, 1973), dessiner est la continuation de penser. Elle est dessinatrice/penseuse, penseuse/auteure, auteure/dessinatrice. Elle concrétise. Son travail ne s’inscrit ni dans le courant narratif, figuratif, anecdotique actuel ni dans celui de l’abstraction ou du minimalisme renouvelé du dessin contemporain. Bien que tous ses travaux font partie d’un grand ensemble, chaque dessin peut être reçu comme une allégation autonome.

Son travail aide à ralentir le cours de la vie afin de prendre quelques instants pour s’interroger et poser les questions qui doivent être posées, pour se donner la possibilité de regarder en haut, en bas, de côté plutôt que toujours droit devant. Il y a une dimension politique à son travail, car ce qu’elle produit n’est ni plus ni moins qu’une revendication, celle de mots qui s’opposent au rationalisme de notre époque, de pensées qui par leur fausse autorité réaffirment la dimension proprement humaine de nos vies.

Pour la Biennale, Arpaïs Du Bois présente la totalité des dessins et des photographies de son blog Instant de jour et dessin d’un soir(arpais.blogspot.com). Pendant dix ans, jour après jour, tous les soirs, Arpaïs a posté en diptyque une photo et un dessin du 16 juin 2008 au 16 juin 2018. Cette archive du temps qui passe, d’un regard qui évolue, d’événements grands ou familiers, d’un monde qui vieillit d’une décennie mais toujours vu à travers les mêmes yeux, est montrée sur écran, comme elle a été conçue. L’on peut s’y attarder aussi longtemps que l’on veut, en croquer un morceau jusqu’à satiété, y revenir plusieurs fois ou s’y perdre complètement. Le flot d’images est montré de façon ininterrompue pendant toute la durée de la Biennale. Arpaïs montre également une sélection de dessins récents (2019) comme un clin d’œil au projet terminé. Car l’ancrage dans le présent et l’analyse du vécu ne s’est pas arrêté le 16 juin 2018. Il est encore le fondement et le moteur de son œuvre.

Cette exposition se tient avec l’aide de la Galerie Fifty One d’Anvers.

www.arpaïs.com

 


Les photographies sont à voir à Grand-Marchin 33, 4570 Marchin.

© Arpaïs Du Bois
Suivez-nous :