Appel à images… censurées !

Appel à images… censurées !

1102 830 Justine

Pour la cinquième édition, de Dédale, son Parcours des arts contemporains en milieu urbain, le Centre culturel de Huy a choisi d’aborder le thème des tabous et non-dits d’aujourd’hui. Dans ce cadre, il cherche à rassembler des images qui ont été censurées sur les réseaux sociaux. 

Les conditions d’utilisation d’Instagram et de Facebook proscrivent l’affichage de photos « violentes, nues ou partiellement nues, discriminatoires, contrefaites, dont le contenu est illégal, haineuses, pornographiques ou sexuellement suggestives ». Des notions dont l’interprétation est confiée à des « modérateurs », algorithmes et robots censeurs chargés de scanner la masse d’images produites et partagées quotidiennement sur ces plateformes. Des notions laissées aussi à l’appréciation des internautes, qui peuvent choisir de dénoncer des images et qui, régulièrement, finissent par les faire effacer.
On peut s’interroger sur leur sens du discernement des uns et des autres. Des photos de jeunes femmes minces en lingerie ou en bikini, y compris dans des poses très sexualisées, semblent assez aisément tolérées. C’est visiblement plus compliqué lorsqu’il s’agit d’un couple homosexuel, de cellulite ou d’allaitement. Une photo sur laquelle apparaît un téton féminin, même dans le cadre d’une campagne de sensibilisation pour le dépistage du cancer du sein, disparaitra à (presque) coup sûr.

Les écritures visuelles alternatives, provocatrices, satiriques, militantes… se voient donc très régulièrement censurées. Cette censure est aussi avérée pour les œuvres emblématiques de l’histoire de l’art. L’Origine du monde de Gustave Courbet avait troublé Facebook par exemple. Cette politique est donc une réelle source de tension, de débat, et de « sanctions » (images dénoncées, publications effacées, comptes temporairement fermés ou définitivement supprimés…) pour de nombreux artistes utilisant les réseaux sociaux comme des espaces d’expression et de diffusion de leur travail.

À corps défendus, la collection d’images constituée pour cette exposition proposera donc une tentative d’exploration de la censure moderne.


Vos propositions d’images peuvent être adressées au Centre culturel de Huy ( eb.ha1537794741cc@la1537794741hcera1537794741m.eil1537794741uj1537794741 ) jusqu’au mercredi 1er août.

Elles devront être accompagnées de vos coordonnées (nom, prénom, numéro de téléphone, site Internet éventuel, adresses de vos comptes Facebook et/ou Instagram) et d’une brève explication du contexte dans lequel elles ont été censurées. À noter : il est impératif que vous soyez l’auteur des images présentées ou que vous en possédiez les droits de diffusion.

Une sélection sera réalisée par l’équipe de la biennale Dédale. Tous les participants seront tenus informés par courriel au plus tard le mercredi 15 août.

Suivez-nous :