An essay on the concave city corner, Stijn Van der Linden

An essay on the concave city corner, Stijn Van der Linden

1200 857 Margot

BrowniE continue avec ses coups de coeur du Liège Photobook festival !
Aujourd’hui nous vous présentons An essay on the concave city corner, le livre photo de Stijn Van der Linden.

Pouvez-vous retracer brièvement votre parcours photographique ? 

Je me souviens avoir ressenti une étincelle quand j’avais environ 20 ans et j’ai vu des photographies développées prises par un ami avec qui je traînais. Mais mon véritable voyage photographique a commencé après mes études de bio-ingénierie, quand j’ai commencé à étudier l’art photographique à l’école du soir au SLAC à Louvain. J’ai terminé ces études en 2014 et depuis, je travaille seul sur des projets photographiques. L’année dernière, j’ai rejoint le groupe de mentormentor (mentormentor.be), qui accompagne les photographes dans leur démarche artistique. Depuis lors, j’ai participé à une masterclass avec Max Pinckers (l’année dernière), où le concept d’un essai sur les coins concaves a émergé, et j’ai participé à une masterclass de Yumi Goto et Teun Van der Heijden à Tokyo. C’est là « an essay on concave city corners » est devenu une maquette.

Parlez-nous du projet photo au coeur de votre publication…

« Concave city corners » se composent de photographies de coins concaves à l’extérieur de bâtiments dans des environnements urbains partout dans le monde. Il contient également une étude objective de ces coins. L’ensemble du concept est conçu comme une exploration de la façon dont les espaces deviennent des lieux et comment la photographie, ou l’acte de photographier, peut peut-être influencer ce processus de transformation. Quand un espace devient-il un lieu? Est-ce dans la perception de cet espace par les gens? Est-ce que photographier des espaces, des coins ou d’autres images urbaines peut suffire à faire place à ces espaces, en les mettant hors contexte et en influençant ainsi la perception humaine de ces espaces? « Concave city corners »  sont un exemple d’espaces typiques de la ville. On pourrait dire qu’une ville ne peut exister sans ses coins, tout comme les coins ne peuvent exister sans la ville. Alors, comment ces coins contribuent-ils à la ville en tant que lieu? Avec ces questions en tête, j’ai commencé à analyser mes photographies de coins concaves de villes, comme un exemple d’espaces typiques dans la ville. Chaque coin que j’ai photographié se compose de différents matériaux et objets qui forment ensemble un espace. J’ai cartographié la présence de ces objets et matériaux et défini les couleurs et les axes principaux des coins que j’ai photographiés le plus objectivement possible. Je me suis rendu compte que ces données, en fait, analysent comment je perçois un espace comme un lieu. C’est un premier pas pour trouver le coin concave de ville parfait. Cette étude et les coins eux-mêmes sont le cœur de la maquette.

Pourquoi avoir choisi la forme d’un livre photo pour présenter ce travail ? A-t-il fait ou fera-t-il également l’objet d’une exposition, d’un site web dédié, de comptes sur les réseaux sociaux… ? Si oui, comment s’articulent ces différents modes de partage au public ? 

Premièrement, je pensais que la forme de livre serait un défi. La photographie typologique n’est pas facile à mettre de façon captivante dans un livre. Il obtient sa puissance par répétition, ce qui peut mieux fonctionner sur un mur ou un site Web. Deuxièmement, je voulais que les gens, dans ce cas le lecteur, ralentissent et regardent vraiment les coins et prennent tous les détails. De cette manière, la perception des coins est manipulée, et ainsi, en quelque sorte, fait de ces espaces des lieux. C’était un exercice entre simplement montrer des photographies, qui relient certaines personnes et montrer une deuxième couche, l’analyse, reliant d’autres personnes.

J’ai encore d’autres idées, par exemple faire un site web dédié à ce projet pour montrer le coin concave de la ville, rendre les données plus interactives et recueillir des données auprès des visiteurs. De cette façon, je peux peut-être savoir quel est le coin préféré des autres. Ce serait une seconde étape vers le parfait coin concave de la ville.

Qu’est-ce qui a guidé vos choix formels pour ce livre (type de papier, de reliure, format…) ? 

La maquette existe en trois parties, une introduction, une partie médiane qui est une sorte d’exposition, et une troisième partie qui consiste en un essai sur l’étude et un catalogue de tous les coins que j’ai photographiés. J’ai choisi deux types de papiers pour séparer la partie centrale de la première et la troisième partie de la maquette. Le papier pour la partie centrale se rapporte à la couleur la plus commune trouvée dans les coins: gris, principalement de béton. Le papier jaune de la première et deuxième partie, ainsi que la reliure noire, se rapportent à l’analyse des couleurs des coins – le jaune est la première couleur du système de couleur que j’ai utilisé, le noir est le dernier. La partie centrale de la maquette est comme un bloc de béton, quelque part entre la première et la dernière couleur du système de couleur. La méthode de reliure elle-même a été choisie pour que la maquette puisse être ouverte à plat, et les emplacements des fixations étaient le résultat des photographies s’infiltrant à travers les signatures.

Le format atypique de la maquette suivait le format des photographies des coins. De plus, j’ai mis des éléments à côté des photographies pour essayer d’inciter le lecteur à aller et venir dans le livre, ce qui a défini le format du livre. Les dépliants dans la partie exposition de la maquette sont un moyen de ralentir le lecteur encore plus, ils soulignent également une certaine connexion entre les coins. Les dépliants de la dernière partie essayent d’aider le lecteur à comprendre les éléments qui relient les coins.

Vous avez présenté une maquette pour « Bring your photobook » ? Quelles seront les prochaines étapes de ce projet ?

L’idée principale était de montrer ce qui peut être fait avec du matériel sous forme de livre. Je cherche actuellement à faire plus de copies de cette version de la maquette. Certains des choix de design que j’ai faits, je les ai faits au Japon. C’est un défi de trouver des solutions alternatives (abordables), ici en Europe, pour ces choix. Une fois que j’ai plus de copies, je peux les envoyer à d’autres récompenses factices et / ou aux concepteurs / éditeurs et voir ce qui se passe. Je ne suis pas tout à fait sûr d’où je finirai avec cette maquette. L’auto-édition et même l’auto-production est toujours une option. Le masterclass à Tokyo m’a certainement attiré dans la réalisation de livres photos.

Comme je l’ai déjà mentionné, je pense également à un site web pour montrer le matériel et faire des progrès supplémentaires dans la recherche du coin parfait. Une dernière étape possible serait de construire le coin parfait et de le montrer dans une exposition.


Pour découvrir d’autres projets du même photographe, rendez-vous sur son site : takemesomewherenice.be.

Pour rappel, le festival invitait tous les photographes à déposer gratuitement la maquette de leur livre non publié ou leur livre auto-édité pour les faire découvrir au public et aux professionnels présents pendant le festival.

Suivez-nous :